Alors que le confinement vous a donné l’opportunité de mettre de l’argent de côté, vous commencez à vous dire que cumuler n’a que finalement peu de sens. Et pourquoi ne pas faire fructifier une telle somme tout en préparant un projet d’avenir ? Pourquoi ne pas faire construire votre résidence principale en optant pour un PEL ? On vous explique tout !

Qu'est-ce qu'un PEL ?


Mais avant d’aller plus loin, il faut définir ce qu’est un PEL.

Créé en 1969, le PEL ou plan d’épargne logement correspond à un placement financier, réglementé et sécurisé, qui permet de profiter d’une rémunération déterminée en amont et donnant droit, à la sortie de l’investissement, à un prêt pour financer l’achat, la construction ou encore la réalisation de travaux d’une résidence principale. Le taux d’intérêt du PEL est figé pour toute la durée du plan.
Un placement assez populaire, puisqu’en 2018, pas moins de 14 millions de français en possédaient un.

Mais le PEL est-il encore un prêt intéressant en 2021 ?

Est-ce intéressant en 2021 ?


Depuis 2018, un grand bouleversement a touché les PEL. En effet, cette année fatidique a vu les plans d’épargne logement souscrits à partir de 2018, perdre un certain nombre d’avantages, dont :
  • La Prime D’État
  • La première année n’est plus défiscalisée et est désormais soumise au choix à la flat tax ou à l’impôt sur le revenu.

Depuis, si le taux des PEL était historiquement haut au début des années 2000 frôlant les 2,5%, les rendant extrêmement compétitifs par rapport aux livrets réglementés, cette période est désormais révolue. Ainsi tout plan ouvert en 2021 ne permettra de profiter que d’un taux de 1%, en plus de voir ses fonds bloqués.

De plus, depuis 2016, le taux bonifié du prêt disponible à la sortie du PEL a largement perdu en valeur passant de 4,20% pour un prêt signé avant 2015 contre 2,20% depuis. De plus, le montant empruntable étant directement lié aux intérêts générés par le PEL depuis son ouverture, et ce taux ayant largement baissé, le prêt ne pourra excéder 92.000 euros et sera octroyé pour une durée comprise entre deux et quinze ans.

L’année 2021 ne semble donc guère favorable aux PEL.

Quelle fiscalité ?


Enfin, concernant sa fiscalité en 2021, le PEL est soumis à de nombreuses taxes mises en place lors de la loi de finances 2018. Ces dernières sont les suivantes :
  • Prélèvement forfaitaire unique au taux global de 30% pour la première année d’investissement.
  • Plus de prime d’État
Prélèvements sociaux : à hauteur de 17,2%, ces derniers sont dus chaque année et doivent avoir été versés à la date du 31 décembre de l’année en cours.

Taxation des intérêts : depuis la loi finance de 2018, les intérêts réalisés dans le PEL se trouvent imposés au prélèvement forfaitaire unique ou PFU, comme pour la première année qui n’est plus défiscalisée non plus. Ces dernières sont taxées au taux global de 30%, qui prend en compte les 17,2% de prélèvements sociaux mentionnés plus haut, auxquels s’ajoutent 12,8%. De ce fait, le rendement net de votre PEL ne sera plus de 1% mais de seulement 0,7%. Autant dire rien du tout.


Sources

https://www.lerevenu.com/placements/livrets-et-placements-bancaires/quest-ce-quun-pel
https://www.lafinancepourtous.com/pratique/placements/epargne-logement/le-plan-epargne-logement-pel-une-epargne-de-projet/fiscalite-du-pel/

Les dernières nouveautés